Kanban pour l’IT : Concevoir – Quels types de cartes pour mon kanban ?

Poster un commentaire Par défaut

La démarche Kanban, inspirée du modèle PDSA (Plan-Do,Study-Act) de Walter A. Shewhart, s’inscrit dans une approche empirique d’amélioration continue.  La démarche s’articule donc autour de 4 phases :

  • Phase 1 : Concevoir (Plan) ;
  • Phase 2 : Mettre en oeuvre (do) ;
  • Phase 3 : Etudier (Study) ;
  • Phase 4 : Améliorer (Act).

Cet article porte sur la phase de conception (Phase 1 : Concevoir) d’un Système Kanban et plus particulièrement sur la définition de la nature des éléments de travail. Capture-d’écran-2014-05-04-à-16.36.57 Cet article est le premier d’une série portant sur les différentes étapes de mise en oeuvre d’un Système Kanban, inspiré de mon expérience personnelle et de la seconde édition du livre « Kanban pour l’IT » de Laurent Morisseau.

Identifier les types d’éléments de travail

La première étape, dans la conception d’un Système Kanban, est l’identification des différents type de travaux à réaliser. Ceux-ci seront différents selon le type d’activité réalisée par l’équipe Kanban :

  • Tierce Maintenance Applicative ;
  • Projet one-shot ;
  • Évolution d’une application existante ;
  • Marketing ;
  • Etc.

Après avoir identifié l’activité, l’équipe doit récolter l’ensemble des informations (historique, nombre, fréquence, granularité, etc.) permettant d’identifier les types d’éléments qui seront traités au sein du Système Kanban. Par exemple, pour un nouveau projet de réalisation d’une application web, cela pourrait être :

  • Des fonctionnalités représentant le besoin métier ;
  • Des activités techniques transverses à l’application ;
  • Des adhérences avec des équipes externes au projet ;
  • Des corrections d’anomalies.

Pour une activité de maintenance opérationnelle, cela serait :

  • Ticket d’incident ;
  • Demande d’évolution ;
  • Demande à livrer à une date fixe ;
  • Tâche technique.

Définir l’élément de travail

L’étape suivante va porter sur la définition des éléments de travail qui seront suivis dans le Système Kanban. Pour un Système Kanban, dont l’objectif est la réalisation d’un nouveau produit, les types d’éléments de travail pourraient être :

  • Pour les fonctionnalités Métier  => User Story;
  • Pour les activités techniques transverses => Technical Story ;
  • Pour les corrections anomalies => Anomalie ;
  • Pour les adhérences avec des équipes externes au projet => Adhérence ;

Sur un niveau de granularité plus important, les types d’éléments porteront sur :

  • Un ensemble de fonctionnalité minimum et suffisante à la livraison d’une première version du produit => Minimal Marketable Feature (MMF) ;
  • Une macro fonctionnalité => Feature.

Dans le cadre d’une activité de support et de maintenance d’une application en condition opérationnelle, cela pourrait être :

  • Pour les tickets d’incident => Urgence ;
  • Pour les demandes d’évolution => Standard ;
  • Pour les demandes à livrer à une date fixe => Date Fixe ;
  • Pour les tâches techniques => Intangible.

Les informations de l’élément de travail

Chaque élément de travail (carte kanban) identifié doit contenir les informations suffisantes et nécessaires à sa bonne compréhension par tous. Dans le cadre de mes accompagnements d’organisation ou d’équipes projet, vers une démarche Kanban, j’ai défini différents types de carte kanban.

Des Cartes Kanban pour un projet IT

Les cartes décrites ci-après représentent les éléments de travail suivi sur plusieurs projets IT, que j’ai accompagnés ou que je continue d’accompagner vers une transition agile et Kanban. Capture-d’écran-2014-05-06-à-17.57.37 Capture-d’écran-2014-05-06-à-17.57.46 Capture-d’écran-2014-05-06-à-17.57.55

Des cartes Kanban pour une activité de maintenance opérationnelle

Les cartes ci-après représentent les activités de maintenance, pouvant être traitées, dans le cadre d’une maintenance opérationnelle, via un Système Kanban. Capture-d’écran-2014-05-04-à-19.52.34

Take away (aller plus loin)

Un Système Kanban efficient passe donc également par une bonne identification des types de travaux à réaliser et par la définition des différents éléments de travail à suivre, ainsi que des informations à afficher sur les cartes. La granularité des cartes peut également être différente selon le Système Kanban mis en place :

  • Le suivi des MMF au niveau d’un Portfolio Kanban, pour une gestion de portefeuille projets ;
  • Le suivi des Features pour un Kanban produit ;
  • Les Stories pour un Kanban d’équipe projet ;
  • Les tâches pour un Kanban personnel.

Pour en savoir plus sur la définition des éléments de travail, vous pouvez consulter le chapitre 7 (page 43), du livre « Kanban pour l’IT ».

 

Note de l’auteur : J’ai à l’origine créé cet article sur le blog Xebia ou vous pouvez le retrouver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s